Pour satisfaire ses besoins nutritionnels, l’homme à besoin de se procurer des produits alimentaires de qualité et à un prix abordable. Mais en raison de la variabilité des saisons, la disponibilité de certains produits alimentaires cause un problème d’insuffisance de produit de qualité. Nous connaissons très souvent des pénuries de produits agricoles qui ont pour conséquences, la cherté du peu disponible et l’offre de produits de qualités douteuses. Selon le rapport sur les ODD 2016, «plus de la moitié de la population adulte en Afrique subsaharienne à fait face à des niveaux modérés ou graves d’insécurité alimentaire en 2015; Un quart à fait face à des niveaux graves. »

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable, tel est le libellé de l’objectif 2 des ODD. «Il part du principe que toute personne devrait avoir accès à une alimentation suffisante et nutritive, Ce qui nécessitera de promouvoir à grande échelle l’agriculture durable». Alors l’agriculture durable constituerait donc une solution adéquate à l’éradication de la faim… Aussi est-il important de savoir ce qu’est une agriculture durable ?

Par définition, l’agriculture durable est l’application à l’agriculture des principes de développement durable. Il s’agit donc d’assurer la production de nourriture, de bois et de fibres en respectant les limites écologiques, économiques et sociales qui assurent la durabilité dans le temps de cette production. Moins de pesticides, d’herbicides, d’engrais chimiques etc., plus de recours aux techniques bio. Mais l’accès à une alimentation suffisante et nutritive et à moindre coût, nécessite la mise en place de systèmes viables de production alimentaire fondés sur des pratiques agricoles résilientes. À ce titre l’agriculture urbaine semble pouvoir jouer convenablement un rôle de pivot. En effet, selon la FAO, «les jardins potagers peuvent être jusqu’à 15 fois plus productifs que les exploitations de zones rurales… Et une superficie d’un mètre carré peut fournir 20kg de nourriture par an ». Ici, sur cette image, nous sommes en plein coeur de la ville de Cotonou, plus précisément au quartier fidjrosse. Entre les îlots de résidence, pousse une exploitation agricole urbaine qui dessert un marché de proximité pour les habitants. Sont issus de cette exploitation des produits alimentaires plus frais et plus nourrissants tels que les carottes, les choux, la laitue, le basilic, les morelles, les piments etc…

Les consommateurs – en particulier les résidents des villes qui ont de faibles revenus – ont plus facilement accès à des produits frais et ils bénéficient d’un plus grand choix et de meilleurs prix. La valorisation de ces systèmes agricoles s’annonce d’une importance cruciale, du fait de l’augmentation des populations urbaines. En effet, «d’ici à 2030, on prévoit que 6 personnes sur 10 seront des citadins» selon le rapport des ODD. Et donc à l’heure actuelle plus de la moitié de la population mondiale vit dans des villes. En Afrique de l’ouest et au Bénin en particulier, le déplacement massif des jeunes gens des zones rurales vers les villes va croissant pour plusieurs raisons bien évidentes. Dès lors, pour s’assurer une certaine disponibilité de produits alimentaires sains, et accessibles à moindre coût, l’agriculture urbaine devrait être plus adoptée et développée convenablement.

© Bénin, AgriPlan 🌳

|| Cotonou, Rep. Bénin ||

Share